:: Temps Forts ::

> L'entrainement du 27 Mai 2001.

Toutes les conditions étaient réunies pour nous offrir l'un des meilleurs entrainements réalisé à Offroad Caux : soleil, terrain nickel (pas trop sec, pas trop dur) et surtout une bonne ambiance de groupe comme toujours.
Avec une petite session chronométrée et quelques bonnes dizaines de tours de terrain, la mousse était bien méritée en fin de journée.

> Nico - Le stage de Février 2001 sous la neige.

Une mémorable journée dont l'exclusivité fut la neige au jour J du 1er stage d'Offroad & Caux : une première dans l'enduro normand quand on voit le nombre de jours enneigés dans notre région depuis 10 ans.
Alors autant dire que le terme pilotage n'est pas à prendre à la légère avec ce genre de conditions climatiques: même les meilleurs ont du réapprendre leurs sensations.
Travailler la technique sur une patinoire, ce n'était pas prévu au programme mais ca a vallu une bonne dose de concentration et d'adrénaline: le TOP pour les amateurs de nouvelles sensations...

> Teus - La randonnée du chantier d'Octobre 2001.

Ce week end d'octobre 2001 réunissait toutes les conditions pour enrouler du câble : le soleil était présent, les bécanes en état et les gars qui vont dessus également. Deux trois coups de fils suffisent à réunir 3 pilotes : Manu, Nico et moi-même, le " Teus "
Après quelques tours sur le circuit d'Offroad & Caux, Nico nous propose une mini rando, et voilà les trois partis sur les chemins du pays de caux.

Nico ouvrait, puis en deuxième position venait Manu talonné par moi-même qui croyait que les chemins des environs n'avaient plus de secret pour moi…
Le Pionner s'en était bien caché, mais il nous emmenait en fait vers sa nouvelle découverte : le Chantier ; qui aurait pu soupçonner l'existence de ce spot à part les vaches, je vous le demande ?
D'ailleurs ces dernières ont pu profiter du spectacle

Et nous voici donc au milieu de nulle part en train d'envoyer du gaz, a priori, sur cette photo, rien d'impressionnant, juste une butte (d'ailleurs on aurait dit qu'elle avait été posée ici juste pour nous, parce qu'à part faire sauter des motos dessus, je vois pas trop à quoi d'autre elle aurait pu servir). Mais en fait, cette petite butte, elle avait une grande sœur…

Déjà plus intéressant, non ?
Au fond, la grande sœur de la petite butte , puis une piste d'élan avec un petit tremplin au bout (ça aussi, ça a du être fait exprès pour nous), des pelleteuses (ça c'est pour le décor), une ravine sur la gauche et au premier plan, un bon dévers avec des piquets déjà plantés, comme ci quelqu'un savait qu'on allait venir.


Le premier atelier était donc la grosse bute, comme je m'appelle pas Edgar Toronteas, pas de saut de fous furieux style mise en orbite du pilote et de sa monture, non non, juste une montée en mode "tronçonnage" (pas toujours sûr d'arrivée en haut de cette manière mais au moins sûr de pas se faire mal).


Marrant cette montée, mais bon, arrivé en haut, c'est pas très large, on va peut être pas s'amuser à faire la longueur de la bute sur la crête, aller hop, on redescend……………….ah merde, je voyais pas ça si raide quand même.

Bon d'accord, j'aurai pu la descendre sur la roue avant en passant un petit nacnac mais bon…


Ensuite viens la piste d'élan. D'abord, on teste...

Bon, baih apparemment, ça ressemble plus à de l'autoroute qu'à autre chose :
bien dure, pas de vieux trou qui t'attend les bras grands ouverts,

 

Conclusion, au retour, v'là l'saut...  

Et enfin, pour finir, après le petit coup de slalom en pente, (c'est sûr c'est bon pour le technique mais bon un peu ennuyeux quand même, c'est même stressant de rester à deux à l'heure comme ça), rien vaut un bon essorage !

Ah, j'allais oublier le bonus spéciale ravine :

Ah, le plaisir de la ravine, ça aussi dans le genre technique à 2 à l'heure, c'est pas mal non plus, d'autant plus qu'on en rencontre de plus en plus par chez nous.

En plus avec les ravines, tu peux toujours rentrer dedans (parfois même, tu rentres dedans sans le faire exprès), mais des fois quand t'arrives au bout tu t'aperçois que tu peux pas sortir, alors ça c'est bête, parce que le demi tour quand on est barré dans un truc comme ça, c'est pas forcément ce qu'il y a de mieux pour s'économiser (les muscles et les nerfs aussi) :-).